25-09-2022

08-11-2020

Actualité

31-01-2022

Vous avez dit Place de la cathédrale ?


Le vendredi 18 juin 2021, la ville de Saint-Dié-des-Vosges organise toute une journée en hommage au Général de Gaulle. L’un des points forts de cette journée est l’inauguration d’une stèle sur la place qui porte son nom. Cette place a porté ce nom peu après la disparition de ce grand homme d'Etat français en novembre1970. Pourtant certains irréductibles Gaulois, pardon je veux dire Déodatiens, persistent à nommer cette place, place de la cathédrale[1]. Revenons un peu sur son histoire.

La place de la cathédrale n’existe pas dans l’ancien Saint-Dié, même si un plan la mentionne, il ne désigne alors que le parvis de la cathédrale. Cette place va naître des cendres de l’incendie de novembre 1944. Les maisons qui bordent la rue du Nord jusqu’aux escaliers de la cathédrale ne seront pas reconstruites, laissant le vaste espace actuel. Il existait pourtant déjà une petite place, en avant de la place actuelle, face à la rue Thiers actuelle. Petite par la taille, cette place a eu une grande importance dans l’histoire de Saint-Dié. C’est à cet endroit que se situait la « Jointure » entre le Robache et l’un des bras de la Meurthe. C’est le plus ancien toponyme connu de ce lieu qui deviendra Saint-Dié[2]. Mais surtout sur cette place se trouvait un monolithe de grès cubique de 3,5 m., dénommé la Pierre-Hardie, lieu où l’on rendait la justice. On y convoquait également une fois l’an, tous les habitants pour les plaids banaux[3]. Cette pierre est détruite lors de la reconstruction de Saint-Dié après le grand incendie de 1757. Cette petite place reste importante au centre ville face à la rue principale ou se tient le marché. Appelée place Royale puis place des Vosges après la Révolution, la municipalité décide en 1825 d’y installer, un peu par provocation sans doute, la fontaine de la Meurthe. Une naïade dénudée, représentant la Meurthe, à quelques mètres de la cathédrale irrite le clergé qui demande à ses paroissiens de ne pas lever les yeux sur elle. En 1896, elle déménage place de la Rochotte, pour laisser la place au monument Jules Ferry, qui va donner son nom à cette place. Lui-même devra quitter les lieux lors de la reconstruction de la ville pour être transporté à côté de la mairie. Cette carte postale utilisée pour l’émission premier jour du timbre de la reconstruction de Saint-Dié, présente le monument avant son déménagement. Elle a l’avantage de bien situer cette place par rapport à la cathédrale. Cette place Jules Ferry ainsi que le grand vide que l’on entrevoit à l’arrière va devenir la grande place de la Cathédrale, aujourd’hui place du Général de Gaulle[4].

T.C.



[1] Pour dédouaner les déodatiens récalcitrants, nous trouvons encore sur Google Maps (données géographiques 2022), la mention de « Place de la cathédrale ».

[2] voir sur le site : Coup d'œil dans le rétro, 30-11-2021 « Jointure ».

[3] Déclaration des droits seigneuriaux, puis par extension déclaration des droits et devoirs des seigneurs et de leurs sujets.

[4] Pour en savoir plus : Saint-Dié-des-Vosges et la Déodatie - Patrimoine, société et paysage, Actes des 17èmes  Journées d’études vosgiennes, 23 -24 -25 octobre 2015, 512 p. en vente ici : https://www.philomatique-vosgienne.org/uploads/bons-de-commande/pub%20JEV%20.pdf