14-11-2021

08-11-2020

Actualité

31-10-2021

Des fleurs pour le cimetière


Depuis un an ou deux, la presse, dans ses rubriques locales, fait état d’initiatives de municipalités de toutes tailles relatives à leurs cimetières. Parmi les maîtres-mots, celui de « végétalisation » est le plus fréquemment employé et mis en œuvre.

Il est en effet tentant de « déminéraliser », de rendre moins froids et plus accueillants (pour les visiteurs) ces espaces funéraires. On peut déplorer que, par-ci, par-là, se développe une vision « haussmannienne » de la nécropole conjuguée à des velléités romantiques. Qu’en penseraient les sculpteurs du XIXe siècle, ou encore les ferronniers dont on laisse se délabrer les monuments et les chapelles (métalliques) ? Heureusement, leurs œuvres y compris celles appelées à disparaître, sont l’objet d’études de la part de chercheurs et chercheuses, comme en témoignent les publications de la Société Philomatique*.

Début novembre 1896, on conduisait à sa dernière demeure, au cimetière de la rive droite le sculpteur-marbrier Victor Antoine, ancien élève de l’école Loritz, où son fils faisait lui-même, à ce moment-là, ses études. Il avait contribué à meubler artistiquement les cimetières de la Déodatie. Les roses, le lierre, les lys, les pavots étaient alors de pierre…

JCF.

 

*Pour en savoir plus sur les cimetières voir les  Mémoire des Vosges n°6, n°11, n°12, n°14, n°15,  n°17, n°20, n°28,  n°41, n°42 et n°43 disponibles en boutique.